Faiblesse du langage humain qui est trompeur. Il n’y a donc aucune vérité de l’intériorité humaine. D’où le fait que les Confessions ici ne sont pas de l’ordre de l’intériorité.

42. Ainsi donc, on ne peut pas même assurer que le langage manifeste les dispositions de celui qui parle ; puisqu’on ne sait pas s’il est convaincu de ce qu’il dit. Songe de plus aux menteurs et aux trompeurs: tu reconnaîtras facilement que loin de révéler toujours les sentiments du cœur, la parole sert aussi à les voiler. Je n’en doute pas, ce qu’essaient, ce que professent en quelque sorte les hommes véridiques, c’est de montrer leur âme, et on les croirait, de l’aveu de tous, si la parole était interdite aux menteurs. Souvent néanmoins nous avons remarqué, en nous-mêmes et dans d’autres, que les paroles n’expriment pas ce que l’on pense, et ceci peut, selon moi, se faire de deux manières . Tantôt on récite de mémoire et souvent après s’être peu pénétré, tout en pensant à autre chose, comme il nous arrive fréquemment en chantant les hymnes; tantôt la langue indocile prononce malgré nous des paroles pour d’autres paroles; et l’on n’entend pas l’expression de ce que nous avons dans la pensée. Les menteurs, sans doute, pensent aussi à ce qu’ils disent; et tout en ignorant s’ils disent vrai, nous savons cependant que leur esprit en est occupé, à moins qu’ils n’éprouvent l’un des deux accidents dont je viens de faire mention. Veut-on soutenir que réellement ils y sont de temps en temps sujets et qu’on s’en aperçoit alors? Quoique souvent on ne s’en aperçoive pas et que j’y aie été pris souvent , je ne fais aucune résistance.

Saint Augustion Le maître

  1. Si l’on considère avec attention les avantages de la parole, ils sont importants; une autre fois, si Dieu le permet, nous les examinerons tous. En te prévenant ici de ne pas les exagérer, j’ai voulu arriver avec toi, non plus seulement à croire , mais à commencer de comprendre combien est vrai le divin témoignage qui nous défend d’appeler sur la terre quelqu’un notre maître, car nous n’avons tous qu’un Maître dans le ciel (1).

Quelle est la gloire de ce Maître dans le ciel ? lui-même nous l’apprendra. Il veut que les hommes nous avertissent au dehors par des signes, afin que recueillis intérieurement en lui-même nous soyons instruits par lui. L’aimer et le connaître, c’est la vie bienheureuse. Tous proclament qu’ils la cherchent; et il en est peu qui goûtent la joie de l’avoir trouvée.

Mais dis-moi ton sentiment sur tout ce discours. Reconnais-tu la vérité dans tout ce que j’ai dit? C’est que, si l’on t’eût questionné sur chaque pensée, ta réponse aurait fait connaître que tu la savais déjà; et tu vois de cette manière Qui te les a enseignées: ce n’est pas moi puisque tu m’aurais tout dit, si je te l’avais demandé. Remarques-tu que je n’ai pas dit vrai? ce n’est ni Lui ni moi qui t’avons enseigné : moi, parce que jamais je ne puis rien enseigner ; Lui, parce que tu ne peux encore recevoir ses leçons.

1. Matth. XXIII, 8-15.

Le maître

Les hommes envoient des signes de Dieu. Il n’y a pas de dialogue intérieur avec Dieu, juste ce que l’on  pourrait qualifier de traduction.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s